agnès b.

Galerie du jour agnès b. présente Gentlemen’s Club : tournée des strips-clubs américains de François Prost, du 7 août au 18 septembre 2021.

 

Designer et directeur artistique, François Prost s’est fait connaître avec After Party, une série compilant des centaines d’images de façades de discothèques, construites aux quatre coins de la France. Dans ces clichés colorés, photographiés en plein jour, les édifices deviennent presque comiques, surréalistes. Comme si, sans le voile de la nuit, leur existence cessait d’avoir du sens. « En observant ces photographies, beaucoup ont pensé qu’elles avaient été réalisées aux États-Unis – grâce à leurs noms, leurs enseignes, leurs architectures, leurs références à une certaine culture du loisir et des parkings », confie l’artiste. Pour cette raison, ce dernier s’est envolé de l’autre côté de l’Atlantique durant six semaines. Là-bas, de Miami à Los Angeles, il s’est attaqué à un autre temple de la « débauche » : les clubs de strip-tease 

 

 

Promesses d’un bon temps 

« Le rapport que semblent entretenir les Américains avec ces clubs est assez différent de ce que l’on observe en Europe, explique l’auteur. Il s’agit d’une sortie assez banale, on s’y rend en couple, ou entre amis, les soirs de week-end, pour aller se divertir. Il n’est pas rare, non plus, de pouvoir y déguster une entrecôte de premier choix en assistant à une danse. » Un décor dont l’absurdité fascine François Prost. Comme After Party, ce nouveau volet, intitulé Gentlemen’s Club, prend forme en pleine journée. Capturés sous une lumière solaire, estivale, les bâtiments dénotent. Sur leurs murs, les inscriptions évoquent des promesses fugaces – celles d’un bon temps, d’un fantasme, d’une sexualité à outrance. 

C’est en sillonnant le sud du pays que François Prost a réalisé son projet. « J’ai traversé la Floride, avec ses palmiers et ses couleurs pastel, la chaleur humide du Bayou, les pompes de forage et les chapeaux de cow-boys du Texas, le désert et les cactus de l’Arizona et du Nevada, pour finir à Los Angeles », raconte-t-il. Un périple festif contrastant avec le puritanisme de ces territoires. En se concentrant sur les façades, l’auteur invite le regardeur à s’interroger. Que disent ces établissements de nos rapports au genre ? Et à la sexualité ? Entre provocation et austérité, comment ces clubs font-ils la publicité de leur service ? Et quelle clientèle accueille-t-il ? En ne photographiant que leur extérieur, François Prost nous invite à user de notre imagination. Face aux noms aguicheurs – ou tout simplement drôles – « La Chatte », « Lollipops », ou encore « Totally Nude » – il nous faut nous représenter un univers à part, où le sex appeal  devient monnaie courante, et où le ridicule cesse d’exister. 

 

 

Le livre Gentlemen’s Club, Éditions Fisheye, 35€, 250 pages, sera bientôt disponible 

 

agnès b.

31-33 Cr Honoré D’Estienne d’Orves

13001 Marseille

Du lundi au samedi de 10h à 19h

T :  04 96 11 04 50

 


Buropolis

Si nous n’avions pas vu les étoiles de Jean-Baptiste Janisset

 

Quel aurait été le développement de la pensée humaine si l’on n’avait pas pu voir les étoiles ? C’est de cette phrase de l’astrophysicien Michel Mayor que s’inspire l’exposition. La vue des étoiles nous projette dans d’autres univers possibles, au-delà même de la perception. Pensée comme une odyssée spatiale fictive, l’exposition peut être vue comme un vaisseau habité par des œuvres qui y ont chacune une fonction (à la fois très concrète – comme par exemple celle de concepteur de la navette – mais aussi plus onirique ou sacrée : les œuvres peuvent être la conscience du•de la capitaine, sa foi, etc…)
L’espace d’exposition offre une vue panoramique sur Marseille, invitation fictive au décollage. Car, alors que le tourisme dans l’espace est désormais possible pour une minorité d’habitants de la terre, il est bien plus question ici d’un espace mythique et hallucinatoire.

 

L’exposition collective Si nous n’avions pas vu les étoiles provient de l’ambition à la fois humble et infinie d’électriser à nouveau l’imaginaire. Son titre provient d’une phrase prononcée par l’astrophysicien Michel Mayor qui, en 1995, découvrait la première exoplanète – une planète située en dehors du système solaire – depuis l’Observatoire de Haute-Provence. A une centaine de kilomètres de là, au neuvième étage de Buropolis à Marseille, une vingtaine d’artistes s’accordent ensemble à faire résonner à nouveau le questionnement du Prix Nobel se demandant quel aurait été le développement de la pensée si la lumière des astres n’était venue capter le regard des vivants. 

 

Située au neuvième étage de Buropolis, l’exposition réunit vingt-six artistes issus de la scène artistique française et internationale dont dix-neuf ont été invités par Jean-Baptiste Janisset à un voyage spatial, onirique et sacré, tandis que sept autres artistes ont été réunis par Jean-Christophe Arcos qui curate la capsule vidéo.

 

Vernissage : samedi 28 août à partir de 16h

Exposition ouverte du samedi 28 août au samedi 9 octobre

L’exposition est soutenue par le Fonds de dotation Katapult

 

Yes We Camp I Buropolis

343 Bd Romain Rolland, 13009 Marseille

info@yeswecamp.org

fb ins


Le Berceau

Diananess de Christiane Blattmann et Jannis Marwitz

 

Vernissage: samedi 28 août, 17-21h

du 29 août au 12 septembre 2021

Sa-Di 14-18h, tous les autres jours sur rendez-vous

 

Le Berceau

15 rue du Berceau, 13005 Marseille

leberceau@yahoo.com

Instagram: @le_berceau_marseille

Galerie Night – PAC

 

Vernissages, événements culinaires, DJ sets et performances… Samedi 28 août, sur une invitation d’Art-o-rama, les galeries marseillaises ouvrent leurs portes en nocturne !

À Marseille, la rentrée de l’art contemporain commence le dernier week-end du mois d’août avec les salons Art-o-rama Paréidolie et Polyptyque. Les vernissages fleurissent à toute heure et s’éternisent dans la gaité des retrouvailles, les galeries se mobilisent pour ouvrir en nocturne le samedi soir…

 

Avec Art-Cade, Atelier Ni, Fotokino, La Compagnie, SISSI club, Voiture 14 & Contemporaines, Galerie Polysémie, Urban Gallery, Vidéochroniques, Le Berceau, Arti Galerie, Dos Mares – Atelier Vian, Galerie de la Scep, Le Cabinet d’Ulysse, Salon du Salon, American Gallery, La Traverse, Buropolis, Pavillon Southway, Ateliers Jeanne Barret

 

Plus d’information sur le site PAC et leur évènement facebook

 


Marsatac

 

Tira Lenso, une exposition de Delphine Dénéréaz et Robin Plus présentée par Marsatac.

Commissaires : Anna Labouze & Keimis Henn

 

L’exposition “Tira Lenso” (“respirer” en provençal) est un poème visuel et sonore, une ode queer, féministe et enchantée adressée à Marseille et à ses enfants, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. Pour ce projet à quatre mains, l’artiste textile Delphine Dénéréaz et le photographe Robin Plus ont assemblé une multitude d’images, de symboles, de sons et de personnages glanés aux interstices des cultures alternatives et populaires de Marseille et de ses différentes communautés. Ce flux dessine un récit collectif et sensible, qui n’est pas sans rappeler les cadavres exquis réalisés par les surréalistes lors de leur passage dans la ville au début des années 1940. Les œuvres présentées − installations vidéo et sonores, tapisseries et photographies − coexistent au sein d’un paysage ambivalent composé d’objets urbains. Ces derniers évoquent autant les rebuts architecturaux d’un terrain vague ou d’un chantier, que le souffle transgressif et libérateur d’une rave party qui en prendrait possession. L’ensemble tend à révéler le lien affectif et intime qui unit une ville en plein bouleversement avec une frange de sa jeunesse, bien décidée à y vivre intensément, ne serait-ce que par la force des songes. L’exposition “Tira Lenso” est présentée dans le cadre de l’édition 2021 du festival Marsatac, dont Delphine Dénéréaz et Robin Plus ont réalisé en collaboration la direction artistique et visuelle.

 

Exposition aux Docks Village – 10, place de la Joliette, 13002 Marseille

 

Festival Marsatac

Av. du Parc Borély, 13008 Marseille

https://marsatac.com/

 


Paradis

La Maison R&C, et Claude Balls Int vous invite à l’exposition : 
 
Paradis
 
Vernissage le jeudi 26 Août de 19h à 00h
Exposition 26 Août au 1er Octobre 2021
 
Maison R&C, 224 Rue Paradis, 13006 Marseille 
 
Avec Bernard Bazile, Dan Graham, Morag Keil, Olga Balema, Jacqueline Mesmaeker, Bradley Kronz, Nina Könnemann, Yuki Kimura, Heji Shin, Gladys Clover, Henrik Olesen, Gérard Traquandi, Win McCarthy SturtevantNicole-Antonia Spagnola, Bedros Yeretzian, Michèle Graf & Selina Grüter, Megan Francis Sullivan, Richard Hawkins, Tonio Kroner, Angharad Wiliams, Marie Angeletti, Peter Fend, Jimmie Durham, Camilla Wills, Robert Filliou, Marc Kokopeli & Jeffrey Joyal, Dennis Cooper, John Knight, Nora Schultz, Stéphane Barbier Bouvet,Richard Sides, Michael Callies, Samuel Jeffery, Lily Van Der Stokker, Matt Browning, Hélene Fauquet, John Kelsey, Adrian Morris, Eva Steinmetz, Matthew Pang, Enzo Shalom, Matthew Langan Peck, Peter Wächtler, Anna Rubin, Gene Beery, Michael Van den Abeele, Georgia Sagri, Robert Grosvenor, John Miller, Sarah Rapson, Cathy Wilkes, Simone Forti, Charlotte Houette, Ye Xe.

 

Proxima B

Proxima B est une exposition autour des thèmes de l’effondrement et de lacollapsologie, des métamorphoses et des altérations de notre époque, une « fin dumonde » comme le commencement d’un autre. Une série qui associe des images destatuts différents : des archives, des images de reportage, des mises en scène. Uneinstallation qui souhaite soulever un questionnement sur l’utilisation des images etleur impact, créer une atmosphère étrange et intemporelle, parfois dure et brutale,habitée de résonances positives, d’éclats et de possibilités de changement. Lesimages tirées du travail photographique des six membres du collectif apparaissentcomme une vibration, un bredouillement, un bruissement du réel. En trois parties.

L’effondrement. La rupture. La métamorphose.

 

L’exposition se tiendra à Coco Velten, 16 Rue Bernard du Bois, 13001 Marseille

Ouverture le samedi 28 août, clôture le 18 septembre 2021

 

Vost Collectif

vostcontact@gmail.com 

 


Lapin-Canard #45

 

Lapin-Canard est une maison d’édition de posters d’artistes fondée le 1er mai 2015 à Belleville. Lapin-Canard donne carte blanche aux artistes dont elle aime le travail pour la réalisation d’un poster au format unique A0. Chaque nouvelle parution est l’occasion d’une fête incluant musiques, libations et danses. Ce modèle de production-célébration-diffusion a permis à Lapin-Canard, pour qui l’art est indissociable de la fréquentation des œuvres et des humains, de multiplier les collaborations et de partager ses choix à un large public. A ce jour, Lapin-Canard a organisé plus de 40 fêtes et édité plus de 200 posters en collaboration avec des artistes sans distinction de pratique ou de notoriété. Après Paris, Berlin, Hambourg, Poitiers, Genève, Toulouse et Bordeaux, Lapin-Canard est heureuse de s’associer à Jeanne Barret et Art-o-rama pour célébrer le lancement d’une nouvelle série de posters dédiée à la scène marseillaise. 

 

Lapin-Canard #45

Vernissage vendredi 27.08.2021 , 18:00– 22:00, soirée 22:00 – 04 :00 
Exposition jusqu’au 26 septembre2021 
 
@Jeanne Barret 
5 Bd Sévigné 
13015 Marseille 
France

 


Mecatech

 

Double Triple de Thomas Fougeirol, Hubert Marot

 

Sur une invitation de Thomas Mailaender

du 25 août au 15 septembre 2021

Entrée libre dans la limite de la jauge en vigueur du jeudi 26 au dimanche 29 aout de 10 h à 18h30 et sur rendez-vous après cette date.

 

Mecatech

265 avenue de Mazargues, 13008 Marseille.

contact@thomasmailaender.com

 


Paradis

Vernissage le jeudi 26 Août de 18h à 21h 
Exposition 26 Août au 1er Octobre 2021
 
Maison R&C, 224 Rue Paradis, 13006 Marseille 
Avec Bernard Bazile, Dan Graham, Morag Keil, Olga Balema, Jacqueline Mesmaeker, Bradley Kronz, Nina Koennemann, Yuki Kimura, Heji Shin, Gladys Clover, Henrik Olesen, Gérard Traquandi, Win McCarthy SturtevantNicole Antonia Spagnola, Bedros Yeretzian, Michèle Graf & Selina Grüter, Megan Francis Sullivan, Richard Hawkins, Tonio Kroner, Angharad Wiliams, Marie Angeletti, Peter Fend, Jimmie Durham, Camilla Wills, Robert Filliou, Marc Kokopeli & Jeffrey Joyal, Dennis Cooper, John Knight, Nora Schultz, Stéphane Barbier Bouvet, Richard Sides, Michael Callies, Lily Van Der Stokker, Mat Browning, Hélene Fauquet, John Kelsey, Adrian Morris, Eva Steinmetz, Matthew Pang, Enzo Schalom, Matthew Langan Peck, Peter Wächtler, Anna Rubin, Gene Beery, Michael Van den Abeele, Georgia Sagri, Robert Grosvenor, John Miller, Sarah Rapson, Cathy Wilkes, Simone Forti, Charlotte Houet, Ye Xe.