Madragoa, Lisbonne

Sara Chang Yan

Travaillant le dessin sur différents mediums – sur papier, vidéo, avec le son, sur le mur et dans l’espace, souvent sous la forme d’installations – l’artiste explore la représentation et la présence d’éléments subtiles comme la lumière, les ombres, la transparence et l’opacité, l’intensité des choses et pas seulement les choses elles-mêmes. Son travail pourrait-il être considéré comme des équations d’énergies de l’espace ?

Sara Chang Yan dessine l’espace plutôt que des objets. Selon les mots de l’artiste: « Quand je regard le monde, j’ai l’impression que ce n’est pas assez. Il doit y avoir plus que cela. Je m’intéresse à l’aspect qualitatif du mouvement. » Les œuvres ont ainsi pour but de capturer la qualité inhérente qui les incite, qui leur donne vie. « Je pense que la vie se déploie dans des états qui ne sont ni visibles ni matériels ». L’artiste examine la manière dont l’état intérieur en chacun de nous peut affecter la réalité. D’une perspective ontologique, ses dessins cherchent à comprendre ou donner forme à la complexe structure-mouvement vibration souvent invisible, considérant des états et notions tels que : l’intuition, l’intention, le vide, la conscience, l’évidence, l’être.

Extrait de  “See Pressa de Chegar”, courtesy Pedro Faro et Sara Antónia Matos

https://www.galeriamadragoa.pt/