Prix Région Sud Art

Depuis ses débuts, Art-o-rama s’attache à participer à la professionnalisation de jeunes artistes et leur permet de rencontrer différents acteurs du milieu de l’art — galeristes, critiques, collectionneurs…
Avec le Prix Région Sud, le salon offre chaque année une visibilité à la jeune création issue des Écoles d’Art de la Région Sud, Provence-Alpes-Côte d’Azur. Le Prix Région Sud Art s’adresse aux artistes diplômé·es depuis 5 ans maximum d’une école des beaux-arts de la Région Sud.

La section Show-room met ainsi en lumière le travail de quatre artistes sélectionné·es par un·e commissaire d’exposition. Il·elle les accompagne dans la présentation de leur travail, produit un texte critique et introduit leur travail auprès des galeristes et éditeur·rices participant·es qui sont ensuite invité·es à désigner par vote le·la lauréat·e du Prix Région Sud de l’année. Le·la lauréat·e est exposé·e l’année suivante dans la section principale d’Art-o-rama à la suite d’une résidence de deux mois à Moly-Sabata / Fondation Albert Gleizes. Il·elle reçoit une bourse de production de 2000 € et un catalogue est publié. Depuis 2021, les artistes du Show-room bénéficient également d’un nouveau programme de résidences au sein d’un réseau régional de lieux et centres d’art partenaires. Les 3 artistes non-lauréat·es sont chacun·e accueilli·es par une des résidences suivantes : Centre d’Arts Plastiques Fernand Léger de Port-de-Bouc, Centre d’Art Contemporain de Châteauvert et Voyons-Voir, art contemporain & territoire. Le FCAC (Fonds Communal d’Art Contemporain de la Ville de Marseille) s’engage également chaque année dans l’acquisition d’au moins une des œuvres d’un artiste du Show-room.
Le Prix Région Sud constitue souvent pour les artistes une première expérience dans un environnement commercial d’envergure internationale et permet aux galeries qui participent à Art-o-rama de découvrir des artistes formé.e.s dans notre région. Il est un véritable outil de professionnalisation par la mise en avant de leur travail auprès d’un large public, tout autant amateur que professionnel. Il est l’opportunité de rencontres, souvent de ventes et de premières collaborations avec des galeries.

 

Pour candidater merci d’envoyer avant le 31 janvier 2023 à l’adresse contact@art-o-rama.fr, en précisant votre candidature pour le Prix Région Sud Art,  un dossier format pdf de 15 pages maximum comprenant:
– une biographie
– une présentation de votre pratique
– des images légendées

 

HaYoung – Artiste invité·e 2023

Bienvenue sur DATA PERFUME, nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur le site. Pour savoir comment gérer vos paramètres, veuillez consulter notre Politique relative aux cookies. En continuant à utiliser le site Web, vous consentez à notre utilisation des cookies. Cliquez sur accepter et faites défiler!

DATA PERFUME est un projet (en cours) entamé en 2021, de l’artiste Hayoung à travers lequel iel s’approprie des cookies comme matière première de son œuvre. Petits fichiers déposés sur le disque dur ou le navigateur de nos appareils lors de la consultation de certains sites web, les cookies sont des techno-traces  de nos pérégrinations quotidiennes sur internet.

Dans le cadre de la foire Art-o-rama, DATA PERFUME est à la fois la traduction tridimensionnelle en sculpture, d’une fenêtre qui survient à notre tentative d’entrée à un site web et, une vitrine qui joue le rôle d’accroche annonçant le projet en soi: un teaser. En reprenant le geste des grosses corporations commerciales qui recueillent et se servent de nos cookies pour faciliter nos futures interactions et donc augmenter les performances de leur site, aussi pour affiner leur approche marketing, Hayoung fait la collecte de cookies de personnes et les traduit en parfum nous invitant à penser l’implication de nos gestes sur internet. Aussi intangibles qu’ils puissent paraître, les cookies nous érigent en travailleurs (invisibles) qui nourrissent des intelligences artificielles qui prennent vie ici, sous la forme d’odeurs.

What do you smell like on the Internet ? Quelle odeur avez vous sur internet?

La linguistique associée aux odeurs reste encore un domaine pauvre, limité et instable. Comme pour les couleurs ou les sons, il n’existe pas des dénominations propres aux expériences olfactives sans avoir à utiliser de référent. Et même leur classification reste une énigme comme l’ont montré P. Vroon et al. (1996 : 23), cités par M. Plümacher et P. Holz (2007 : 8), qui soulignent que “There is no linear proportional relation between strength of olfactory stimuli and intensity of perception”. (1) Malgré la difficulté à pouvoir les classifier selon leurs propriétés, elles restent des faits culturels :

“Les odeurs peuvent également << tracer des frontières, qualifier certains espaces et nous renseigner sur l’activité et l’identité d’un lieu>> et j’ajouterai d’une personne.

Elles nourrissent les représentations des clivages raciaux, sociaux et professionnels ou nationaux et peuvent contribuer aux discriminations entre groupes qui se pensent ou se perçoivent olfactivement différents, moyen commode de naturaliser l’altérité.” (2)

Cette caractéristique de l’odeur, de sa participation à la naturalisation de l’altérité, est contrée dans Data Perfume, par le mouvement de traduction de datas virtuelles à l’expérience olfactive sans objectif de sentir bon. L’odeur devient une lingua franca représentant les utilisateur·ices, leurs intentions derrière les clicks et les défilements. Dans ce sens de nouvelles catégories dépassant les frontières strictes de race, de genre, de sexualité, ou de frontières sociales, professionnelles ou nationales, se créent.

Le processus de traduction est rendu possible par le biais d’un algorithme conçu par l’artiste et programmé par Arnaud Valette.

Pour cette présentation, Hayoung a traduit les cookies de trois personnes dont iel, leur mère Yukyung Kim et une travailleuse de sexe(3). Trois personnes aux statuts singuliers, aux habitudes quotidiennes différentes présentes à travers trois flacons, dont l’un des parfums sera diffusé dans l’espace.

 

Vous aimeriez savoir quelle odeur vous avez sur Internet ? Cliquez sur Accepter!

 

Texte par Aude Christel Mgba, Curatrice 2022

 

HaYoung

 

 

Juliette Desorgues – Curatrice 2023

Juliette Desorgues est curatrice et autrice. Elle a été curatrice à MOSTYN, Pays de Galles et curatrice associée à l’Institute of Contemporary Arts, Londres. Elle a également tenu des positions curatoriales à la Barbican Art Gallery, Londres et Generali Foundation, Vienne. Elle a étudié à l’Université d’Édimbourg, l’Université de Vienne et University College London.

 

 

Précédent·e·s artistes invité·e·s

2022 Flore Saunois

2021 mountaincutters

2019 Jonathan Vidal
2018 Delphine Wibaux
2017 Sabrina Belouaar
2016 Rafaela Lopez
2015 Vincent Ceraudo
2014 Sergio Verastegui
2013 Yann Gerstberger
2012 Caroline Duchatelet
2011 Sandro Della Noce
2010 Pascal Martinez
2009 Émilie Perotto
2008 Julien Bouillon
2007 Arnaud Maguet et Olivier Millagou

 


Prix Région Sud Design

Dans la continuité du Prix Région Sud Art, a été mis en place en 2022 le Prix Région Sud Design afin de mettre en avant les jeunes designers du territoire et participer à leur professionalisation.

Le Prix Région Sud Design s’adresse aux designers diplômé·es depuis 5 ans maximum ayant réalisé une partie de leurs études dans la Région Sud, Provence Alpes Côte d’Azur. Les designers sélectionné·es par un·e commissaire présenteront leur travail dans un espace dédié durant Art-o-rama.

Le·la lauréat·e sélectionné·e par un jury de professionnel·les pendant Art-o-rama bénéficiera d’une bourse de production de 2000€, d’un espace d’exposition spécifique durant la prochaine édition du salon, d’une collaboration avec la Villa Noailles et d’une collaboration avec le Centre Wallonie-Bruxelles.

 

Le lauréat du Prix Région Sud Design 2022 est Maxime Douillet, diplômé des Beaux Arts de Marseille.

Pour candidater merci d’envoyer avant le 31 janvier 2023 à l’adresse contact@art-o-rama.fr, en précisant votre candidature pour le Prix Région Sud Design, un dossier format pdf de 15 pages maximum comprenant:
– une biographie
– une présentation de votre pratique
– des images légendées

 

 

Maxime Douillet – Designer invité 2023

Maxime Douillet anime d’une petite étincelle de vie des objets habituellement inertes. Il crée des mouvements et ainsi, fait gagner du volume à nos intérieurs, transmet une idée ou cache nos secrets. Il souhaite que la réponse de ses objets soit douce et discrète, mais il veut qu’il y ait une réponse. C’est pourquoi il conçoit et fabrique du mobilier mécanique. Il s’appuie sur une formation technique chez les compagnons, sur des études universitaires, en science du bois et de l’ameublement, en conception mécanique et dernièrement, en design.

 

Un bureau mobile pour un atelier photo. Un plan de travail, un scanner et un ordinateur, accueillant élèves et professeurs. Certaines fonctions se découvrent à l’usage. Certains points sont destinés à ceux qui y prêtent attention. Une fois tiré, le bureau s’est exprimé. En morse il fait le lien entre l’analogique et le numérique, entre l’argentique et l’électronique. Peut-être que dans un sens, il veut exprimer que les technologies d’aujourd’hui peuvent enrichir celles d’hier. Et nous savons que dans l’autre sens, cela fonctionne aussi.

 

maximedouillet.fr

 

 

Nathalie Dewez – Commissaire 2023

Diplômée en 2001 de La Cambre Arts Visuels à Bruxelles, le Design de Nathalie reflète une passion pour les formes sculpturales et les savoir-faire de qualités.

Sensible à la dualité matériel/immatériel qui caractérise ces produits, elle a commencé par développer de nombreux appareils d’éclairage et reste toujours attentive tant à la fonction et à la qualité de la lumière qu’à la présence plastique de l’objet éteint. 

Son travail, se signalant par une rigoureuse économie de moyens et un minimum de composantes matérielles aisées à mettre en œuvre,  s’étend aujourd’hui du petit objet à l’installation monumentale, de la pièce unique au produit industriel. 

Elle dessine des appareils d’éclairage, mais aussi des objets, du mobilier ou des pièces plus sculpturales et intervient également comme consultante en éclairage. 

En 2011 elle reçoit le Prix Design de la Fondation Pierre Bergé et la même année est élue Designer belge de l’année, certaines de ses pièces iconiques rejoindront les meilleures collections (CNAP,…) et seront récompensés.

La présence de Nathalie Dewez à de nombreux salons et expositions lui a permis d’installer des collaborations avec de nombreux bureaux d’architecture et des éditeurs comme Ligne Roset (F), Vervloet (Be), Hermès (F), Habitat (GB), De Castelli (IT),…

HaYoung, artiste lauréat·e Prix Région Sud Art-o-rama 2022 © Maud Chavaillon

Juliette Desorgues © Rob Kulisek

Flore Saunois, Art-o-rama artiste invitée 2022 © Margot Montigny

Le Bureau d' par Maxime Douillet © Olivier Sola

Nathalie Dewez © P. Mathieu