Prix Roger Pailhas

Rendant hommage au célèbre galeriste marseillais, reconnu pour l’audace de ses stands sur les foires les plus prestigieuses, Art-o-rama a inauguré en 2015 le prix Roger Pailhas. Remis en 2021 par un comité de collectionneurs et professionnels de l’art :

 

François Culioli

Josée Gensollen

Marc Gensollen

Hervé Lebrun

présidé par Benoît Doche de Laquintane et Sébastien Peyret

 

Il récompense le projet curatorial le plus audacieux par le remboursement des frais de participation à la foire.


Roger Pailhas

Roger Pailhas ouvre sa galerie à Marseille, au Cours Julien, en 1986 avec une exposition qui réunissait Daniel Buren, Gilbert Della-Nocce, Toni Grand, Jannis Kounellis, Sol Le Witt, Mario Merz et Bruce Nauman. En 1990, il ouvre un second espace à Paris, avec une exposition personnelle de John Knight. En 1996 il déménage la galerie sur le Vieux-Port, dans un espace de 1000 m2. Il ferme l’espace parisien en 1998 et se concentre sur Marseille. En 1996 il crée Art Dealers, foire d’art contemporain atypique qui réunit au sein de son propre espace 8 galeries internationales renouvelées chaque année.

Dans le même temps il participe aux foires les plus prestigieuses parmi lesquelles Art Basel, Fiac et Armory show, où il développe avec la complicité des artistes des stands ambitieux et exigeants qui feront dire à Samuel Keller qu’ils ont inspiré la section Statement d’Art Basel. La galerie et Art Dealers cesseront leurs activités en 2005, suite au décès de Roger Pailhas.


Lauréat 2021 : ExoExo, Paris

 

Gaspar Willmann

Dans l’installation de Gaspar Willmann, une fenêtre s’ouvre sur l’intérieur. Derrière, un homme blanc, d’âge moyen incarne l’archétype du voisin qui dérange. M.J Wolfe est un acteur hollywoodien qui a joué des rôles mineurs dans des films d’importance (Aviator, Mr. And Mrs Smith ou Collatéral) mais qui s’est comme par malédiction, toujours vu coupé au montage final. Après plusieurs discussions, réécritures et lissages, l’artiste parvient à lui faire chanter « Quelques mots d’amour » de Michel Berger sur un air qu’il ne suivra pas.

 

Je t’envoie mes images
Je t’envoie mon décor
Je t’envoie mes sourires des jours
Où je me sens plus fort

 

Le décor s’organise autour de lui : un jardin depuis lequel il nous observe et la reproduction d’une habitation standard délimitée par des murs précaires, découpés en escalier. Les éléments qui composent cette simulation appartiennent au vocabulaire du déjà-vu : un canapé-lit basic et surplombé de trois tableaux. C’est ici que les trajectoires personnelles rencontrent les histoires collectives. Conscients de leurs enjeux de médiatisation, les tableaux de la série JUMAP désamorcent les questions de représentation en abordant des sujets génériques : un paysage, un coucher de soleil, une nature morte.

Quelque chose cloche pourtant derrière la surface commune de cette présentation. Des déchets et détritus sont dissimulés sous les meubles ou coincés sous les murs comme pour enfouir un problème. L’artiste transforme ici nos déchets en ruine. En se fondant méthodiquement au décor, ils dressent le tableau de nos propres habitudes de consommation, des images que nous produisons, des objets que nous jetons.

 

Gaspar Willmann est né en 1995 à Paris, où il vit et travaille.

Par sa pratique de la vidéo, de l’installation et de la peinture, il s’empare d’objets, de formes et d’images quotidiennes, mobilise des représentations et des comportements collectifs pour en interroger la circulation et les enjeux dans le contexte d’une société technocratique qui agit sur les affects.Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Art de Lyon (2019), Willmann a présenté son travail à la Fondation d’Entreprise Ricard (Paris, 2019) et au Divan Orange (Montréal, 2018). Vainqueur du Prix de Paris (2019), il a effectué une résidence à la Cité Internationale des Arts (Paris, 2020).

exoexo.xyz

 

Roger Pailhas

Exo Exo, Paris, projet de Gaspar Willmann

Lauréat du prix Roger Pailhas
© Margot Montigny