Prix Roger Pailhas

Prix Roger Pailhas

Rendant hommage au célèbre galeriste marseillais, reconnu pour l’audace de ses stands sur les foires les plus prestigieuses, Art-o-rama a inauguré en 2015 le prix Roger Pailhas remis par un comité de collectionneurs et professionnels de l’art.

Il récompense le projet curatorial le plus audacieux par le remboursement des frais de participation à la foire.


Roger Pailhas

Roger Pailhas ouvre sa galerie à Marseille, au Cours Julien, en 1986 avec une exposition qui réunissait Daniel Buren, Gilbert Della-Nocce, Toni Grand, Jannis Kounellis, Sol Le Witt, Mario Merz et Bruce Nauman. En 1990, il ouvre un second espace à Paris, avec une exposition personnelle de John Knight. En 1996 il déménage la galerie sur le Vieux-Port, dans un espace de 1000 m2. Il ferme l’espace parisien en 1998 et se concentre sur Marseille. En 1996 il crée Art Dealers, foire d’art contemporain atypique qui réunit au sein de son propre espace 8 galeries internationales renouvelées chaque année.

Dans le même temps il participe aux foires les plus prestigieuses parmi lesquelles Art Basel, Fiac et Armory show, où il développe avec la complicité des artistes des stands ambitieux et exigeants qui feront dire à Samuel Keller qu’ils ont inspiré la section Statement d’Art Basel. La galerie et Art Dealers cesseront leurs activités en 2005, suite au décès de Roger Pailhas.


Lauréat 2023 : Galeria Mascota, Mexico

 

Michael Ross

Depuis le début des années 1980, Ross est l’un des rares artistes contemporains à travailler exclusivement dans des dimensions aussi réduites (certains de ses titres les plus longs prennent plus de place que ses sculptures). Suffisamment petits pour suggérer l’échelle des reproductions de magazines, les assemblages symétriques de Ross ne sont pas des miniatures, mais des œuvres d’art « à taille réelle ». La plupart ont une dimension architecturale : vissés au mur, ils s’enfoncent littéralement dans un site. Les œuvres élégantes et discrètes de Ross soulèvent indirectement la question de la relation entre l’échelle et la présence – des valeurs relatives qui ne peuvent être qu’intuitivement ressenties, plutôt qu’objectivement mesurées. Le travail de Ross s’approprie la capacité de la maquette à suggérer efficacement des tailles bien plus grandes, confondant malicieusement le sens de sa présence physique.

 

Michael Ross fait partie de ces artistes qui ont décidé de quitter ce que l’on appelle les « sentiers battus » pour se concentrer sur des domaines de recherche et des aspects de la réalité qui ne sont pas conventionnels ou qui sont souvent négligés. Il appartient à cette catégorie spécifique d’artistes dont l’œuvre se caractérise par une intensité particulière, une force écrasante qui ne s’exprime pas dans une échelle monumentale ou des dimensions énormes. Il recherche des réalités « minimalistes » et développe son travail selon ces lignes. L’atome, la molécule, la puce : tels sont les éléments qui méritent son attention. Son œuvre est à la fois poétique et ironique, elle est « sérieuse » et pourtant elle a une qualité méditative. L’intensité de son art pourrait être comparée au tranchant d’une aiguille qui, malgré sa très petite surface, a un impact poignant. Il vous pique au moment où vous vous y attendez le moins et c’est exactement ce dont le spectateur a besoin. Les sculptures de Ross mettent en scène différentes sortes d’objets et de matériaux trouvés. Par leur petite taille, ces objets appartiennent à des registres de la réalité auxquels on prête rarement attention, même si l’on est sûr de les avoir fréquentés à un moment ou à un autre. Son travail porte souvent sur des objets utilitaires ordinaires mis en scène hors de leur contexte habituel. Or, qu’on s’en doute ou non, les critères de reconnaissance sont gradués tant du point de vue de la quantité, dans le monde de l’art comme dans la vie sociale, de la considération spontanée et du respect pour ce qui tend vers le grand, que de celui de l’usage, dès qu’une chose est séparée de sa fonction utilitaire, on ne parvient plus à lui donner un sens.

 

Le rôle de la lumière a été d’une importance majeure dans le cas des sculptures de Michael Ross depuis le tout début ; en 1991, un dé à coudre parfaitement brillant a été utilisé. Les œuvres ultérieures ont toujours été réalisées en partie avec des éléments métalliques récupérés, puis des papiers et des plastiques aux qualités luminescentes ont été ajoutés ou remplacés, y compris des feuilles de papier mylar, des feuilles d’aluminium et des matériaux réfléchissants pour la sécurité. Pour l’artiste, ce choix de matériaux métallisés répond à une conception spécifique de l’histoire de la sculpture dans laquelle il souhaite inscrire son œuvre. Il s’agit d’une tradition qui semble impliquer l’utilisation d’un métal dur, froid et réfléchissant ; qu’est-ce que la sculpture sans le bronze ? L’une de ses plus grandes œuvres a été réalisée en 2001 au moyen de milliers de cuillères en acier inoxydable, dans le parc Sonsbeek à Arnhem. Enchevêtrées les unes dans les autres dans un talus de terre, ces cuillères figuraient une curieuse racine de plusieurs mètres de long, qui surtout le soir réagissait violemment aux rayons d’un soleil couchant. La proposition constituait un questionnement douteux et insistant sur l’opposition des catégories naturel et culturel. En outre, le plastique, la mousse et les cordes de toutes sortes ont fait irruption dans son travail, introduisant des couleurs vives qui, à bonne distance, produisent des taches plutôt picturales qui semblent moduler diversement la surface des murs. Malgré leur petite taille, les œuvres de Michael Ross ont tous les arguments nécessaires pour capter notre attention flottante.

 


 

Lauréat·e·s

2022 : Gilles Drouault galerie, Paris, avec Jason Dodge

2021 : Exo Exo, Paris, avec Gaspar Willmann

2019 : VEDA, Florence, avec Dominique White

 

 

Prix Roger Pailhas, Michael Ross, Galeria Mascota Mexico, Art-o-rama, 2023, © Margot Montigny