Praz-Delavallade, Paris / Los Angeles

Soufiane Ababri, Genevieve Gaignard, Fabien Mérelle, Julien Nedelec

Pour cette édition d’Art-O-Rama, Praz-Delavallade propose un stand collectif de leur génération d’artiste la plus jeune et la plus diverse: Sofiane Ababri, Genevieve Gaignard, Fabien Mérelle et Julien Nédelec.

L’ensemble des travaux de Soufiane Ababri produit un discours militant qui conduit à une approche performative inspiré par certaines formes de résistance qu’on retrouve dans les mouvements des Afro-américains et de la communauté gay, une forme d’autonomisation grâce à quoi les membres de ces mouvements ont pris ce qui était considéré comme un échec et l’ont exploité à leur avantage.

La tension political de «l’altérité », la dichotomie entre dominé et dominant joue aussi un rôle dans les oeuvres de Genevieve Gaignard. Elle positionne son propre corps de femme comme le principal site d’exploration – incitant les spectateurs à naviguer entre les pouvoirs et les anxiétés de l’identité intersectionnelle. 

Née et élevée dans le Massachusetts, Gaignard exploite la culture des réseaux sociaux pour inspirer ses photographies et se transformer en divers archétypes de femmes.

L’idée de voir, un artiste qui observe un monde qui l’observe dans une introspection combinant sa propre perception, joue également un rôle émouvant dans les œuvres de Fabien Mérelle. Son portrait de l’artiste dans la vie quotidienne, une mise en scène de ce qui se passe dans les limites d’un lieu de loisirs, d’un lieu de travail, d’un lieu de création ou d’un espace personnel et intime, est fortement influencé par «The Presentation of Self in Everyday Life» (La présentation de soi dans la vie quotidienne) de Erving Goffman.

A travers les idées de rôles et de masques, Julien Nédélec démêle les symboles et questionne la représentation en jonglant avec le langage, les images et le son dans un jeu de transposition dont il contrôle les codes. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il s’agisse de ses propres rôles et codes, car il invente des règles, souvent empiriques, qui jouent avec les limites existantes. Il n’y a rien qu’il aime plus que créer diverses interprétations de son oeuvre, celles qui sont planifiées depuis le début auxquelles il en ajoute d’autres. Ce faisant, il prouve que les images et leurs signifiants sont des actions et non pas des objets de décoration ou des interprétations illusoires.

L’altérité, les dichotomies dans la vie quotidienne, les masques et les rôles – ce que notre stand unit n’est pas seulement un éventail de conflits et de discours actuels d’artistes de la jeune génération, mais est en outre représentatif du large éventail de positions, de médias et d’artistes que Praz-Delavallade réunit.

https://www.praz-delavallade.com

Fabien Mérelle

Ensommeillé (2017)
Encre et aquarelle sur papier
60 x 47,5 x 3,5 cm
(23 5/8 x 18 11/16 x 1 3/8 in)
Courtoisie l'artiste et Praz-Delavallade

Fabien Mérelle

Nid (2018)
Encre et aquarelle sur papier
56,7 x 45 x 3 cm
(22 5/16 x 17 23/32 x 1 3/16 in)
Courtoisie l'artiste et Praz-Delavallade

Genevieve Gaignard

Pearl (2015)
Impression chromogénique
21 x 17 in
(53,3 x 43,2 cm)
Courtoisie l'artiste et Praz-Delavallade

Genevieve Gaignard

Muscle Beach (2016)
Impression chromogénique
29 x 42 po
(73,7 x 106,7 cm)
Edition de 3
Courtoisie de l'artiste et Praz-Delavallade

Julien Nedelec

Mirage (20F) (2016)
Laque sur miroir
73 x 60 cm
28 3/4 x 23 5/8 in
Courtoisie l'artiste et Praz-Delavallade

Julien Nedelec

Mirage (60P)(2016)
Laque sur miroir
130 x 89 cm
51 3/16 x 35 1/32 in
Courtoisie l'artiste et Praz-Delavallade

Soufiane Ababri

Bedwork / Antihéros (2018)
crayons de couleurs sur papier
105 x 75 cm
Courtoisie de l'artiste et Praz-Delavallade

Soufiane Ababri

Bedwork / Antihéros (2018)
Crayons de couleurs sur papier
105 x 75 cm
Courtoisie l'artiste et Praz-Delavallade