Philipp von Rosen, Cologne

Ignacio Uriarte

Dans l’œuvre sonore The Beach, on entend deux différentes machines à écrire à gauche et à droite, actionnées par l’artiste Ignacio Uriarte. Au lieu d’écrire, il appuie sur une touche qui n’est présente que sur quelques machines à écrire, ce qui provoque un mouvement automatique vers l’avant, comme lorsque vous maintenez la touche d’espacement sur un ordinateur. Puis il déplace à nouveau manuellement le soi-disant chariot. Il s’agit donc d’un processus de non-écriture qui ne produit aucun résultat mesurable ou lisible en dehors d’une production sonore.

Le bruit du mouvement vers l’avant est un fort claquement qui nous rappelle un marteau-piqueur ou un fusil-mitrailleur. Le mouvement de recul, en revanche, est un glissement doux et métallique.

 

Le titre de l’œuvre fait référence au mouvement constant d’avant en arrière, comparable aux vagues de la mer, qui peut avoir un effet méditatif sur le spectateur ou l’auditeur sur la plage. Dans cette œuvre, les sons forts et mécaniques de la première administration, qui allait de pair avec l’industrialisation, invitent également à la méditation, au rythme de la ville, de l’industrialisation, du bureau, de la mécanique, de la symbiose de l’homme et de la machine. 

 

À gauche et à droite, vous entendez deux machines à écrire différentes avec un caractère sonore et un rythme légèrement différents. Comme la machine à écrire de droite est plus petite, il faut aussi un peu moins de temps pour faire l’aller-retour, ce qui entraîne un décalage. Le travail se poursuit jusqu’à ce que la machine à écrire du canal audio de droite ait rattrapé celle du canal audio de gauche. 

https://www.philippvonrosen.com

 

 

 

 

 

Ignacio Uriarte

The Beach (2012) 

Installation sonore 

11 min 36 sec

Édition de 5 + 1 E.A.

Courtoisie: l’artiste et Philipp von Rosen Galerie, Cologne

7000 € DEMANDE