Double V, Marseille / Paris

Ugo Schiavi

Pour sa deuxième participation à Art-o-rama, Double V est heureuse de présenter un focus inédit sur l’œuvre d’Ugo Schiavi.

 

Né en 1987 à Paris, l’artiste vit et travaille à Marseille.

Diplômé de la Villa Arson à Nice en 2011, l’artiste développe ses recherches plastiques autour des notions de prélèvement et d’archéologie. Il multiplie les résidences en France et à l’étranger, et participe à de nombreux projets institutionnels tels que Nuit Blanche à Paris ou Le Voyage à Nantes. Plusieurs expositions personnelles lui sont également dédiées, comme au Musées des Beaux- Arts d’Orléans, au musée Réattu d’Arles ou encore au centre d’art Bastille à Grenoble…

 

Cette année Ugo Schiavi participera à la 16e Biennale de Lyon avec une installation monumentale dans le musée d’histoire naturelle désaffecté – Guimet.

 

Extrait du texte d’Ingrid Luquet-Gad :

Exposition « le sang de la Méduse » – Paris, 2022

 

« Que reste-t-il d’un corps, dès lors que l’évidence de son enveloppe lui est ôtée ? Un membre esseulé, un fragment pétrifié ou une coquille éventrée suffisent-ils encore à l’évoquer ? Et que dire d’une cristallisation contre-nature d’éléments disparates, d’une germination énergétique frémissante ou encore d’un réseau veineux noué comme une pelote ? Le vocabulaire sculptural d’Ugo Schiavi aborde de front la mise en crise des systèmes de représentation totalisants : ceux des corps, qu’ils soient humains ou non-humains, qu’ils se tiennent dans l’espace offerts à la préhension ou s’ouvrent à la fabulation par le biais de mythes immémoriaux. Si les premières pièces de l’artiste mobilisèrent les gestes du moulage, de l’empreinte ou du prélèvement, les plus récentes s’ouvrent à l’agglomération syncrétique de matériaux ou d’images, notamment par le scan 3D ou la photogrammétrie. »

 

Extrait du texte de Lucia Longhi

Exposition « Léviathan » – Grenoble, 2022

 

« Comme de nombreux mythes cosmogoniques, les histoires d’Ugo Schiavi débutent avec l’eau. Toute forme de vie prend son essence dans l’eau, et l’artiste tel un démiurge contemporain modèle aussi sa matière première à partir de cet élément. Les Gorgones émergent de l’eau : elles ressemblent à des roches millénaires dont le potentiel fascinatoire réside en leurs corps mystérieux et criards. Dans le bestiaire médiéval, les créatures naissent d’hybridation, entre fantasmagorie et réalité. De la même façon, les Gorgones sont de curieuses et charmantes créatures marines dans lesquelles des éléments artificiels tristement familiers, comme des bouteilles en plastique, se mêlent à des organismes naturels tels que des coquillages et des gorgones – les coraux qui tirent leur nom du mythe de Médusa. Dans ce calembour visuel, Schiavi joue avec une archéologie suspendue, montrant les fossiles d’un présent toxique. En effet l’artiste a utilisé une grande quantité de rebus plastiques déposés par la mer sur le littoral du golfe de Fos, où se trouve l’une des plus grandes zones industrielles d’Europe, productrice de PVC. Les Gorgones symbolisent le paradoxal itinéraire du plastique, produit grâce au sel de l’eau de la mer qu’il finira par polluer. Comme pour lui donner une chance de renaître, Ugo Schiavi retrace l’évolution de l’humanité à travers ses gloires et ses échecs à travers un récit fictif à la fois puissant et effrayant. Dans ses précédents travaux, le sculpteur s’est principalement confronté à l’histoire réelle, empruntant aux figures héroïques, symboles de courage et de gloire – mais aussi d’orgueil humain. Il porte aujourd’hui son attention vers la nature et passe de l’histoire à la légende, comme pour chercher un chemin parallèle, une alternative possible. Ainsi, les Gorgones sont à la fois des découvertes archéologiques et des souvenirs du futur, des fragments d’écosystèmes dystopiques.

 

L’œuvre d’Ugo Schiavi aborde notre monde actuel avec ses crises sociales et environnementales et de notre besoin désespéré d’imaginer un avenir différent, tout en embrassant tranquillement les monstruosités que nous avons créées. »

https://www.double-v-gallery.com/

 

 

Hugo Schiavi

Gorgone n°4 (rose et fluo) (2021)
Résine, matériaux divers et recyclés, 40 x 46 x 35 cm
Pièce unique
© Grégory Copitet, courtesy d'Ugo Schiavi et Double V Gallery

Prix sur demande

Ugo Schiavi

Gorgone n°1 (bleue, violette et verte) (2021)
Résine, matériaux divers
et recyclés, 29 x 40 x 30 cm
Pièce unique
© Gregory Copitet, courtesy d'Ugo Schiavi et Double V Gallery

Prix sur demande

Hugo Schiavi

Gargareôn Navigator, 2022
Résine, matériaux divers
et recyclés
45 X 40 X 40 cm
Pièce unique
© Jean-Christophe Lett, courtesy d'Ugo Schiavi et Double V Gallery

Prix sur demande

Hugo Schiavi

Gorgone n°2 (verte), 2021
Résine, matériaux divers
et recyclés
35 x 40 x 40 cm
Pièce unique
© Gregory Copitet, courtesy d'Ugo Schiavi et Double V Gallery

Prix sur demande

Hugo Schiavi

Gùla 2, 2022
Résine matériaux divers
et recyclés
45 X 18 X 18 cm
Pièce unique
© Jean-Christophe Lett, courtesy d'Ugo Schiavi et Double V Gallery

Prix sur demande

Hugo Schiavi

Gorgone n°3 (orange), 2021
Résine, matériaux divers
et recyclés
38 x 30 x 33 cm
Pièce unique
© Gregory Copitet, courtesy d'Ugo Schiavi et Double V Gallery

Prix sur demande