Bosse & Baum, Londres

Candida Powell-Williams

Bosse & Baum sont heureuses de présenter une nouvelle pièce de Candida Powell-Williams : Sonic Arrangements in the Infinite Fill. Cette bande-son de 20 minutes se développe à partir d’un son de cloche singulier synthétisé et superposé sur lui-même, devenant progressivement plus insistant, rythmique et complexe.

Pour cette présentation digitale, l’audio est détaché de sa source – une cloche en céramique faite main formant une figure reposant immobile sur une plateforme lointaine. La musique joue avec la notion de dualité ; des sons méditatifs contrastent avec des phrases temporelles, frénétiques et mécaniques. La première moitié de la pièce est une incantation lente et passive qui produit une sensation de désorientation au fil de son développement, tout en jouant avec l’écho et la réverbération et en déformant la cadence du son de cloche. En inversant la réverbération, le son de cloche imite une respiration tandis que les cliquetis du métronome, des battements de cœur accélérés, affirment un certain ordre que la musique réfute constamment en ne cessant de s’accorder et se désaccorder.

 

La série de cloches en cours de Powell-William (2018 – aujourd’hui) se base sur des déesses idoles des VIème et VIIème siècles avant Jésus-Christ, à qui l’on attribuait le pouvoir de signifier les forces de la nature et du passage du temps. Les versions de CPW sont vêtues de casques, colliers et masques et portent différents symboles, des boules de cristal, des serpents, des lièvres et autres emblèmes. Chacun d’eux est une référence à la recherche plus large de l’artiste, ils l’accompagnent et elle les utilise pour explorer des figures de femmes puissantes.

 

Cette pièce sonore fut originellement conçue pour accompagner une performance en Irlande du Nord, en collaboration avec la compagnie de danse locale Echo Echo sur les Murs de Derry City et à Walker Plinth, à l’occasion de l’exposition personnelle de l’artiste à la Void Gallery en 2019. Le son, le mouvement et les costumes sont combinés afin d’explorer le dualisme du repoussement et de l’attirance, prenant pour point de départ la transformation des murs de la ville : d’une architecture défensive à une attraction touristique. De la même façon, historiquement les cloches repoussent et attirent à la fois ; elles sont portées pour repousser les esprits diaboliques, et sonnent simultanément l’appel à la vénération, donc attirent paradoxalement les humains à eux. La pièce se termine sur le Walter Plinth construit en 1826 avec une colonne de 25 mètres de haut de George Walker, puis détruit par l’IRA en 1973. La vocation espérée pour le site aujourd’hui et de recevoir des œuvres temporaires, plus universelles que politiques. 

 

À propos de Candida Powell-Williams

Candida Powell-Williams créé des installations jouant sur la relation entre sculpture, performance et animation. Sa base de recherche et son processus principalement autour d’une pratique sculpturale sont guidés par des questionnements à propos des tentatives de l’humain de comprendre nos corps dans l’univers à travers le lien entre les objets, l’action et la croyance. Les paysages sculpturaux de Powell-Williams répondent souvent au glissement de sens quant à la signification des artefacts historiques au fil du temps, dans le but de nous confronter à notre relation à la mémoire et la narration. Elle manipule les récits historiques en piochant des références dans diverses ères, les incorpore au présent et les condense en une expérience singulière. L’utilisation de matériaux et textures divers permet à CPW de référencer le vaste langage de la signification en perpétuelle évolution des symboles de l’architecture, les inventions industrielles et des talismans, tout en les représentant physiquement sous forme modulaire ou de sculptures ressemblant à des accessoires, caractérisées par leur géométrie bancale et leurs contours se dissolvant à vue d’œil. Faites de couleurs douces et dégradées, leur surface parait usée comme des reliques dignes de Disney. Des performances fugaces explorent le geste, le toucher et la frontière perméable entre nos corps et l’environnement extérieur, et notre parenté au règne animal. Ces interactions sont documentées par une superposition d’animations imprégnant l’œuvre des notions de temps, présence et absence et évoquant le changement de nature de la sculpture, la performance et la narration à l’ère du digital.

 

Biographie 

Candida Powell-Williams (née en 1984, vit à Londres) est diplômée de la RCA, Londres en 2011. Une sélection de ses expositions et performances : “The Gates of Apophenia,” Bosse and Baum Londres (2019), “Command Lines,” Void Gallery, Irlande du Nord (2019) “Lessness, still quorum,” performance, Serpentine Galleries, Londres (2018); “Boredom and its Acid Touch,” Frieze Live, Londres (2017); “Tongue Town,” Musée d’Art Moderne, São Paulo (2017); “Cache,” Art Night Associate Programme, Londres (2017); PIC performance festival, Melbourne, Australie (2016); “Coade’s Elixir,” Hayward Gallery, Londres (2014). En 2018 Powell-Williams fut en résidence au Warburg Institute London, elle fut également lauréate du prix Mother Art en 2018 et en 2013, elle reçut la bourse d’étude de Sainsbury au BSR, Rome. En 2019 common-editions publia le jeu de tarot et le livre d’artiste de Powell-Williams. En 2021, une exposition personnelle majeure de Powell-Williams aura lieu à Southwark Park Galleries London.

 

À propos de la galerie

Bosse & Baum est fondée en 2014 par Alexandra Warder et Lana Chruchill. La galerie occupe un espace d’environ 65m2 dans le bâtiment post-industriel Bussey Building à Peckham, South East London, et s’étend via des espaces en ligne. Nous sommes une galerie commerciale cherchant à jouer un rôle actif dans l’écriture des discours artistiques en fournissant une plateforme aux positions contemporaines ; nous représentons une sélection d’artistes émergeants internationaux dont les travaux défient les récits dominants de l’Histoire et sont socialement engagés. Nous travaillons à faciliter l’accès à l’art pour tous les groupes sociaux, et contribuons à élargir les débats critiques autour de l’art via un programme public d’expositions, de conférences et de performances. Nous encourageons une participation inclusive et invitons à la discussion dans l’espace de la galerie, tout en soutenant le développement des artistes de la galerie pour les inscrire au sein d’un échange étendu incluant les collections privées comme institutionnelles. Nous portons une grande attention à notre réseau d’artistes, collectionneurs, commissaires et toutes les personnes aimant regarder et apprendre, des professionnels expérimentés aux nouveaux-venus curieux. Nous avons à cœur de soutenir les artistes femmes : la galerie représente davantage d’artistes femmes que d’hommes, une des rares galeries dont c’est le cas à travers le monde. Nous cherchons à créer les conditions dans lesquelles les pratiques artistiques expérimentales peuvent prospérer, exposant des mediums challengeant comme la performance et l’installation, et développant des modèles permettant d’assurer leur visibilité sur un marché historiquement conservateur.

http://www.bosseandbaum.com

 

 

 

 

 

Candida Powell-Williams

Sonic Arrangements in the Infinite Fill (2019)

Document sonore – fichier MP3, 20 min 13 sec

Édition de 10 + 2 E.A.

300 £ DEMANDE