“Avec le vent…”

Proposition par Nico Dockx et Cari Gonzalez-Casanova

Nico Dockx & Jan Mast, Alexis Gautier, Cari Gonzalez-Casanova, Heide Hinrichs, Karl Holmqvist, Ann Veronica Janssens, Zak Kyes & Hans Ulrich Obrist, Pat McCarthy, Jonas Mekas, Philip Metten, Jean-Michel Meyers, Maurizio Nannucci, Ouragan, Anri Sala, Rirkrit Tiravanija, Luca Vitone.

 

Date : Samedi 5 septembre et dimanche 13 septembre

 

Lieu : Exposition sur la mer, visible depuis la côte marseillaise.

 

Des places sur les bateaux peuvent être achetées pour ceux qui veulent participer au voyage du point de vue de l’un des bateaux, et cette participation est également mise au service de la production : ici

 

“Avec le vent…” est une œuvre dans l’espace public qui a été initiée et développée sous forme de prototype en 2015-2016 par l’artiste belge Nico Dockx en étroite collaboration avec quelques marins locaux de la Société Nautique de Marseille ainsi qu’avec l’artiste Cari Gonzalez-Casanova, qui a pris la forme de deux voyages en mer Méditerranée vers la fin août et début septembre 2016 au départ du Vieux-Port de Marseille.

 

Pour ce travail dans l’espace public, dix-sept amis/artistes ont été invités à concevoir 16 voiles spécialement pour cet événement : Nico Dockx & Jan Mast, Alexis Gautier, Cari Gonzalez-Casanova, Heide Hinrichs, Karl Holmqvist, Ann Veronica Janssens, Zak Kyes & Hans Ulrich Obrist, Pat McCarthy, Jonas Mekas, Philip Metten, Jean-Michel Meyers, Maurizio Nannucci, Ouragan, Anri Sala, Rirkrit Tiravanija, Luca Vitone.

 

Ces seize nouvelles œuvres ont voyagé avec le vent et ont créé une exposition de groupe expérimentale en mer. Ce premier voyage a été documenté par des photographies et des vidéos. Une petite conférence et une projection de diapositives ont été organisées au FRAC PACA pour présenter le projet et nos expériences.

Pour Manifesta 13 Les Parallèles du Sud, ces seize œuvres voyagent avec le vent et créent une exposition collective expérimentale en mer, intitulée “Avec le vent…”. Cette exposition collective expérimentale en mer peut être vue et vécue par les visiteurs d’Art-o-rama et de Manifesta 13, et les habitants de Marseille, gratuitement à partir de différents points de vue : le départ et l’arrivée au Vieux-Port, le long de la côte,… Le voyage sera documenté et une publication sera réalisée par la suite. Différentes plateformes de médiation sont envisagées afin de favoriser les échanges et les discussions autour des thèmes du projet. Au FRAC PACA, un autre de nos partenaires, une conférence et une projection de film sont prévues. A travers l’ensemble de nos partenaires, nous espérons créer des plateformes permettant de toucher un public plus large et de proposer des expériences plus ou moins pérennes selon les médias. “Avec le vent…” est un exercice qui tente de réfléchir (et de repenser) les formats existants de la réalisation d’expositions et surtout nos cadres de perception fixes. Comme tout est en mouvement lors d’un tel voyage en mer, il est très difficile (et même impossible) d’appréhender le projet dans son ensemble. Vous ne pouvez vivre que des bribes de l’événement auquel vous participez, que ce soit à bord de l’un des huit voiliers, sur le quai du Vieux-Port de Marseille, quelque part sur la côte de la ville ou dans la ville portuaire voisine de Cassis. Autant de points d’observation qu’il y a de points de vue (informés par la culture, la mémoire, la position sociale, l’expérience médiatique et héritée, etc…) Le travail est quelque chose que vous devez reconstruire par la conversation et le partage de vos points de vue personnels. Le modèle financier de “Avec le vent…” contribue également à ce que les projets mettent l’accent sur la valeur de l’expérience. Malgré le fait que les voiles soient conçues par des artistes qui représentent une certaine valeur marchande de l’art, les voiles en tant qu’objets et l’expérience du voyage résistent à la marchandisation. Pour garantir que l’accent reste mis sur l’expérience, tous les fonds reçus seront consacrés à la production des voiles, à la logistique du projet et à sa documentation. Les artistes ont participé gracieusement et un contrat a été passé avec les marins pour s’assurer que les voiles ne seront pas vendues. Des places sur les bateaux peuvent être achetées pour ceux qui veulent participer au voyage et partager l’expérience avec les marins et certains des artistes. Le “collectionneur” paie pour son expérience en tant que sorte de mécène, mais ne possède rien en échange. Il devient un collaborateur, partie intégrante du projet qui vise à créer des ponts amicaux entre les Marseillais (les marins et les spectateurs), les artistes et les institutions artistiques. Le choix de la mer Méditerranée, élément géographique important qui caractérise Marseille, a été inspiré à la fois par le lieu réel et par le lieu symbolique. Elle est la voie de la liberté pour les uns, un outil économique pour les autres, une source de poésie, une débâcle environnementale, un monde complexe de biodiversité, une autoroute touristique et commerciale, un pont entre les cultures, une frontière impénétrable, un catalyseur d’échanges interculturels et un défenseur de la division.

Nico Dockx

 

(Belgique 1974) travaille comme artiste visuel, conservateur, éditeur et chercheur avec un intérêt fondamental pour les archives. Ses interventions, publications, textes, sons, images, installations, performances et conversations – qui sont généralement le résultat d’une collaboration avec d’autres artistes – incarnent la relation entre perception et mémoire, qu’il interprète chaque fois différemment. Son travail lui a valu une bourse du DAAD à Berlin (2005), et plusieurs prix comme le Prix Jeune Peinture Belge – le prix Emile & Stephy Langui (2009, avec Helena Sidiropoulos). Depuis 1998, il a exposé son travail dans son pays et à l’étranger et a publié plus de quarante publications d’artistes avec sa propre marque indépendante Curious.

 

 

Cari Gonzalez-Casanova

 

Cari Gonzalez-Casanova (Porto Rico 1971) a grandi à New York et travaille actuellement entre la France et New York. À travers son travail de recherche et ses projets de collaboration, Cari Gonzalez-Casanova examine différentes stratégies de représentation, et l’utilisation de la séduction ou de l’autorité, pour interroger les ambitions politiques, utopiques ou dystopiques qui les motivent. En 2016, elle a publié un livre sur les stratégies de camouflage et participera à l’exposition “Camouflage. Au-delà du motif abstrait (art, nature, guerre) ” au Musée d’art Felix à Drogenbos, Belgique (exposition en collaboration avec l’Institut du patrimoine de guerre et l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique). Elle est lauréate des bourses suivantes : Mecènes du Sud (2013), le Conseil Régional PACA (2010, 2013), et La Ville de Marseille (2013). Ses œuvres font partie des collections permanentes du Museo del Barrio de New York et du FRAC PACA (France). Elle est représentée par mfc-michele didier (Paris, Bruxelles)