Galerie

Hoet Bekaert, Gand

Joris van de Moortel

Joris van de Moortel

Crash in a flash, make me splash, 2010
technique mixte
120x202x50cm 
Courtesy Hoet Bekaert Gallery

Joris van de Moortel

Le grand verre, zelfs, 2009
vue d'installation, Volta Basel
Courtesy Hoet Bekaert Gallery

Dans le cadre de sa participation avec Hoet Bekaert à ART-O-RAMA, Joris van de Moortel présente de nouvelles œuvres spécialement co-produites pour l’occasion. Cette série de pièces murales vient donner une nouvelle envergure au travail déjà engagé avec The Floor, Burst ou Compressed Studio et trouvent leur origine dans la destruction de pièces existantes et de divers matériaux jusqu’ici conservés à l’atelier. Cet acte de destruction, d’assemblage et de restitution donnera naissance à des pièces re-nées, chacune unique en son genre.

Dans une conversation avec Laura Havlin à propos de ce travail, Joris van de Moortel explique "Certaines pièces passent par des processus extrêmes pour être arrachées à leur fonction originale. Elles sont des tentatives de capture, d’accumulation d’énergie. Elles font l’effet de bombes à retardement prêtes à exploser à n’importe quel moment. J’utilise des matériaux de construction et de véritables objets usuels ou des instruments de musique, parfois, reproduits en bois. Je les entasse, les amalgame, les enserre dans du bois et les recouvre de plexiglass ou bien je les fais pendre du plafond dans des sacs poubelle. Ces pièces évoquent des décors de scène ou les restes de performances tenues secrètement. Elles sont inspirées de situations fortuites, d’atmosphères et n’ont en général aucun début, milieu, ou fin définis. Après une exposition ou parfois pendant, je détruis, brûle, roule au buldozer sur les œuvres et recycle leurs restes. Défaire devient une part du Faire."1
 

1Extrait de l’article de Laura Halvin "Like a hurricane (you are like)", Dazed Digital, London, UK.