Galerie

Crèvecœur, Paris

Laetitia Benat, Julien Carreyn, Antoine Marquis

Julien Carreyn

Sans titre (Tessa hésite), 2010
impression laser
10,5x10,5cm
Courtesy Crèvecoeur, Paris

Julien Carreyn

Transatlantique, 2010
acrylique et pastel sur papier
9x17cm
Courtesy Crèvecoeur, Paris

Pour ART-O-RAMA, la galerie Crèvecœur a décidé de réunir les œuvres de trois artistes autour du thème "Les fictions de l’intime". Les œuvres présentées sont peuplées de personnages indolents, de scènes intérieures à l’atmosphère feutrée à la tonalité assourdie. Ils y sont le plus souvent captés dans ces moments où l’état psychique est un continuum, où il n’existe plus de frontière tangible entre ce qui est vécu, ressenti et rêvé.

Envisager des fictions de l’intime c’est d’emblée construire un paradoxe puisque est intime ce que l’on réserve, ce que l’on ne rend pas public. Or toute fiction vise à être communiquée, transmise, donnée à lire ou à voir. L’intime n’est pas un thème ni une toile de fond, c’est une valeur, une tentative pour accéder à cette part précieuse et dérobée de l’être.
Le travail de Laetitia Benat qui s’élabore autour de la photographie, de la vidéo et du dessin propose une réécriture d’un quotidien devenu étrange par l’attention portée à des détails ordinairement invisibles, souvent issus d’ espaces clos et familiers. Julien Carreyn compose depuis peu des vitrines qui rassemblent une sélection minutieuse de ses propres dessins, pastels, et photographies ; il construit ainsi un espace feutré, qui paraît avoir été longtemps caché et qui est dévoilé pour la première fois. Antoine Marquis, quant à lui, entretient l’indiscrétion en donnant à voir dans ces petites peintures des scènes tout à fait privées, très sensuelles, et dont on semble être le spectateur non autorisé.