SHOW-ROOM 2011

Colin Champsaur
Colin Champsaur

Correspondances, 2008
environ 500 tirages numériques format A4
Courtesy de l'artiste

Colin Champsaur

Comparution, 2010
porte, tréteaux, dessins, sculptures
215x90x95cm
Courtesy de l'artiste

Colin Champsaur

Exemple n, I take place, 2009
aquarium, tranche d'IPN, acide chlorhydrique
40x25x30cm
Courtesy de l'artiste

Colin Champsaur

Projection privée, 2009
barrière Sade poncée, projecteur, trépied
Courtesy de l'artiste

Colin Champsaur (né en 1974) est diplômé des Beaux Arts de Marseille en 2003, année où il cofonde les Editions moinsun. Il a participé depuis à plusieurs expositions collectives, dont en 2010 "La peur du Vide" (Générale en manufacture, Sèvres), "Crash Taste" (Fondation Vasarely, Aix en Provence), Correspondances (Bezalel, Yaffo 23, Jerusalem), "Take Shape - Make Shift / Prendre forme – Provisoire" (Instants chavirés, Montreuil). Artiste en résidence à la Générale en Manufacture à Sèvres en 2009, il était commissaire de l’exposition "Petites morts et autres traboules". Il a également assuré le commissariat de l’exposition "Derrière la forme / douces combinaisons" à la Galerie Bonneau Samames, Marseille.

"La pratique artistique de Colin Champsaur est une structure ouverte qui traverse les frontières des genres sous différentes formes (sculpture, photographie, installation, dessin, vidéo, commissariat d'exposition...). 
L'enjeu est de pousser une dynamique singulière seuil/passage entre ce qui est fabriqué et ce qui se construit, et leurs possibles corrélations isotropes. Tout est alors question de combiner les réalités : la première entretient des rapports logiques et méticuleux de re-présentation avec un réel fragmenté où il apparaît comme terrain d'investigation à la fois banal et "miraculeux", pourvoyeur de matériel et de forme (réel au-delà du réel, photographies du monde comme fonds d'images, propriétés formelles ou métaphoriques des objets usagés en pièces rapportées dans les oeuvres pour leurs références diverses et héritages des modèles ...)  ; la seconde est celle de la production plastique et de sa lisibilité et rhétorique visuelle qui s'exposent, manière de faire hétérodoxe, construction de formes et de sens hétérogènes et polysémiques qui font comparaître un moment donné outils et manipulations, questions esthétiques et narrations, dualisme cartésien et divagations, figures dialectiques et scénario mental, expérimentation intellectuelle et espace de rêverie, objets sensibles et trous..."

Luc Jeand'heur, 2011