Galerie

Frankfurt Am Main, Berlin

Grayson Revoir

Grayson Revoir

The Funnel, 2016
Audio, bois, tissu, impression 3D, mastic polyester
Vue d'exposition Frankfurt Am Main, Berlin
Courtesy Frankfurt am Main, Berlin 

Steve Bishop

Sleep Image (2014)
Table and chairs, non woven fabric.
250 x 140 x 91cm
Courtesy Frankfurt Am Main, Berlin

En tant que Projet curatorial invité d’ART-O-RAMA 2017 Frankfurt am Main présente un solo show de Grayson Revoir autour de la Berliner Zimmer et de la Frankfurt Kitchen.

La Berliner Zimmer est une pièce assez particulière que l’on retrouve dans les immeubles berlinois du XIXème et du XXème siècle. Après la guerre, les grands appartements ont été divisés en petits appartements et cette pièce de passage, entre les belles pièces et la chambre de bonne, est devenue un lieu de vie faiblement éclairé et à la forme étrange. S’inspirant du principe de la Berliner Zimmer, Margarete Schüttte-Lihotzky a imaginé la Frankfurt Kitchen, création architecturale qui soulève la question des espaces réduits et du budget limité pourtant nécessaire à la création d’une pièce de vie et de travail. Avant sa conception, les "ménages ouvriers typiques vivaient dans des appartements de deux pièces, dans lesquels la cuisine remplissait plusieurs fonctions à la fois : en plus de pouvoir y faire la cuisine, il était possible d’y dîner, d’y vivre, de s’y laver voire d’y dormir, tandis que la seconde pièce était prévue pour être un petit salon et était généralement réservée pour des occasions spéciales tel qu’un repas dominical. À la différence de la Berliner Zimmer, la cuisine imaginée par Schütte-Lihotzky est une petite pièce à part, reliée au salon par une porte coulissante; séparant ainsi les pièces fonctionnelles (cuisine, etc…) des pièces de vie et de détente." Margarete Schüttte-Lihotzky fait ainsi l’analogie entre la Berliner Zimmer et la Frankfurt Kitchen et crée une pièce incommode et aux formes grossières.

Grayson Revoir s’intéresse aux objets design en tant que formes sculptées. Pour sa dernière exposition à la galerie Frankfurt am Main, il a imaginé un cendrier qui, lorsqu’il est utilisé, permet d’étudier ses qualités sculpturales. La musique et les sons sont également intégrés à l’installation de Grayson Revoir. Il crée donc un système de son qu’il a intégré à un meuble fabriqué sur mesure, qu’il a placé à côté des cendriers sculptés. Ces sculptures produisent un son par intermittence telle une radio que l’on aurait laissé allumée dans une maison abandonnée.