Galerie

Stephan Stoyanov, New York

Jeff Gibson

Stephan Stoyanov se consacre au développement de l'art contemporain en présentant sur le devant de la scène artistique internationale des artistes émergents ou en milieu de carrière. Les expositions organisées par la galerie couvrent un nombre important de médiums artistiques : dessin, installation, peinture, photographie, sculpture, vidéo ou nouveaux médias et témoignent de la grande diversité de la création contemporaine. Les démarches des artistes représentés et les médias utilisés sont multiples. Ils abordent les thèmes du pouvoir, de la subjectivité et de la connaissance.

Dans le cadre D'ART-O-RAMA 2010, la Galerie Stephan Stoyanov présentera un solo show de l'artiste australien basé à New York, Jeff Gibson. Ancien rédacteur en chef du Magazine Art & Text, Jeff Gibson s‘est installé à New York en 1998 où il est directeur de la rédaction chez Artforum.

Le travail de Jeff Gibson couvre différentes pratiques et contextes : peintures, photographies, vidéos, affichage ou publications trouvent ainsi leur place dans l'espace de la galerie ou dans l'espace public. De même, il puise son inspiration dans divers champs culturels (le mass media, la publicité ou le graphisme) et références à l'Histoire de l'Art au travers, notamment, de questions soulevées par des mouvements aussi variés que Dada, le Pop Art, le Minimalisme et le Conceptualisme. Au travers d'une étude esthétique et intellectuelle faite d'oppositions et de contingences, la pratique de Gibson est fondamentalement inclusive et combinatoire.

Jeff Gibson réalisera une petite salle de projection, traitée comme une sculpture accueillant la diffusion d'une vidéo. Les murs extérieurs de cette pièce seront tapissés, tantôt d'une mosaïque d'images trouvées dans une vieille encyclopédie, tantôt de mots ou aphorismes railleurs tirés du dictionnaire, sans cesse alimenté, des illusions et psychoses de l'artiste.
Ces morceaux de textes, à l'envers sur le mur, seront rendus déchiffrables par leur reflet dans une série de miroirs au sol qui n'en éclaireront pas pour autant la signification profonde… Souvent comiques, ces définitions mettent en abîme les vulnérabilités, les faiblesses, les angles morts, les contradictions et les standards auxquels nous sommes confrontés dans nos vies quotidiennes.

À l'intérieur de cette petite pièce, une boucle vidéo sera projetée mêlant images et textes des murs extérieurs en un flot rêveur de pensées, accompagnée d'une ballade du groupe australien "The Blackeyed Susans" ; ballade au ton mélancolique qui porte une réflexion lugubre sur la culpabilité tout en s'agrégeant avec douceur à l'imagerie fluide voire psychédélique de la vidéo.
De longs fondus enchaînés emporteront ainsi le visiteur dans un voyage au travers du désir viscéral et des machinations de l'esprit, tout en laissant place à sa propre imagination poétique.