SHOW-ROOM 2010

Bettina Samson

Bettina Samson compose son travail à partir d'une recherche documentaire élaborée sollicitant à la fois grands et petits événements. Si elle conçoit sa pratique comme un étroit assemblage d'éléments, c'est qu'une telle configuration lui permet alors d'explorer différents aspects d'un même et unique contenu.
Récurrences, antithèses et rythmes d'ensemble sont les éléments constitutifs de sa démarche : elle n'hésite pas à convoquer simultanément les avant-gardes, l'histoire industrielle, les inventions technologiques, les découvertes scientifiques, la culture populaire, ou encore le cinéma, pour échafauder des installations le plus souvent énigmatiques dont le visiteur ne sait jamais s'il est l'un des éléments déclencheurs ou non.
C'est notamment le cas avec Cinder peak phone booth replica (bluejacking) (2008) : confronté à un paysage familier issu de la mythologie occidentale contemporaine - une cabine téléphonique criblée d'impacts de balles - le spectateur reçoit des messages texte sur son téléphone portable dont il ne connaît pas la provenance et dont il ne sait pas s'il est finalement le destinataire.
Une telle installation emprunte, à la fois, à la sculpture minimale (l'ossature de la cabine), au cinéma américain (l'once de récit suscitée par les impacts de balles), à un élément de la culture alternative et utopique (cette cabine située dans le désert de Mojave a canalisé pléthore de messages d'une néo-communauté internaute) et, bien évidemment, à la technologie (celle du "bluejacking" qui permet d'infiltrer les téléphones portables des visiteurs).

Marc Bembekoff in Bettina Samson, Laps & Strates, édition ADERA, 2009