FONDATION LOGIREM

Bertille Bak

F i g u r e s  i m p o s é e s, 2015
extrait de la vidéo
16 min. / 16:9_ stéréo
Courtesy de l'artiste

Commande de la Maison des Femmes du Hédas réalisée dans le cadre de l’action “Nouveaux Commanditaires” proposée par la Fondation de France médiateur-producteur: Pointdefuite avec le soutien de la Fondation de France de la Fondation Daniel et Nina Carasso, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Aquitaine de la région Aquitaine.

Fondation Logirem
Artiste invité : Bertille Bak
Programme « Ateliers de la cité »

Commande de la Maison des Femmes du Hédas
réalisée dans le cadre de l’action “Nouveaux Commanditaires” proposée
par la Fondation de France
médiateur-producteur: Pointdefuite
avec le soutien de la Fondation de France
de la Fondation Daniel et Nina Carasso,
de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Aquitaine
de la région Aquitaine
 

Créée en 1998, la Fondation d’entreprise Logirem initie, accompagne et finance des projets culturels portés par des associations au profit des habitants du parc immobilier de Logirem, avec le parrainage d’un collaborateur. Par l’accès et la sensibilisation, la Fondation Logirem contribue à amener une offre culturelle exigeante dans les résidences mais aussi à inciter les locataires à fréquenter les lieux culturels. Facteur d’épanouissement, de développement personnel, d’éducation, d’ouverture de la pensée mais aussi de rencontres et de partage, la culture est une manière de briser les frontières physiques et mentales.

C’est à ce jour une des seules Fondation existante dans le secteur de l’habitat social.  Elle constitue un des positionnements forts de Logirem en termes d’innovation sociale, au-delà de son cœur métier. Les « Ateliers de la cité », est un projet de résidences d’artistes nationaux ou internationaux initiées par la Fondation d’entreprise Logirem depuis 2008 à la Bricarde et depuis 2014 à Fonscolombes, et coordonnées par Sextant et Plus / Group.

Il s'agit de création d’œuvres d'art dans l'espace public inspirées par l'artiste du site et de ses rencontres avec les habitants. Pour 2017, l’artiste Bertille Bak a été sélectionnée. Les rencontres de Bertille Bak ne sont pas factices, les cheminements qui mènent l’artiste vers ses projets en sont parsemés. La résidence est un des vecteurs que le monde de l’art a élaboré afin de favoriser ces situations humaines. Pour Bertille Bak, rencontrer est déjà une entreprise artistique. Son œuvre ne peut advenir sans cet Autre qui la constitue.

A Fonscolombes, Bertille a pris ses marques et les communautés, qui constituent la diversité des habitants dans un mouvement naturel qui fait que notre voisin entre peu à peu dans notre cercle intime, sont en phase d’adoption. L’artiste, modestement et méthodiquement, tisse les liens qui défont l’anonymat des grandes villes et avec une grande sincérité, embarque les petits groupes que sont les familles ou les collectifs, ici les femmes décidées, là le club de boxe, dans un scénario artistique écrit communément.

Ne dévoilant encore rien de ce que son séjour marseillais ferait naître, Bertille Bak nous livre ici une œuvre datant de 2015 réalisée dans le cadre du programme des nouveaux commanditaires pour la Maison des Femmes du Hédas : dont la communauté procède de « quelques invariants : nécessité de l’exil, recours à un passeur, et parfois mariage arrangé. S’engage alors le travail de Bertille Bak avec ces femmes : il s’agira de scénariser et filmer, sur un mode décalé, des morceaux de vies, en relatant par exemple de possibles préparations à l’exil. C’est cette réalité réappropriée que l’artiste met en scène dans la vidéo qu’elle intitule « Figures imposées ». Elle tourne avec toutes les femmes de l’association, dont certaines qui jouent leur propre rôle d’exilées et qui, selon les instructions de l’artiste, suivent ensemble de manière fictive un entraînement physique. Comment se préparer à voyager dans des espaces clandestins, des caches exigus ménagés dans des camions, avions ou bateaux. »