Galerie

GDM, galerie de multiples (*Edition Section), Paris

Neïl Beloufa, Peter Downsbrough, Martin Parr, Robert Stadler

Neïl Beloufa

Impression sur papier glacé, 2015
Collection 100%
40 x 60 cm
100 ex. signés et numérotés
Courtesy GDM Editions, Paris

Martin Parr

Sans titre, puzzle, 2015
Puzzle en carton de 500 pièces
33 x 47 cm
100 ex. + 6 EA
Courtesy GDM Editions, Paris

Robert Stadler

Understand What You Love #2 - vue d'installation , 2015
Acier, frêne, peinture
10,5 x 29,5 x 2,2 cm
50 ex.
Courtesy GDM Editions, Paris

Peter Downsbrough

Verres à vin 10.2015, 2015
Lot de 6 verres à vin sérigraphiés
24,5 x 8,3 cm (chacun)
100 ex.
Courtesy GDM Editions, Paris

À une époque où les utopies semblent appartenir à un passé révolu, comment hériter et tenter de faire vivre, même très modestement, certaines idées qui ont formées et forgées nos consciences ?

Dans le cadre d'ART-O-RAMA, Gdm, galerie de multiples souhaite réinvestir clairement les questions de l'accessibilité de l'art contemporain, et la possibilité de faire de l'art contemporain un art de vivre. Sera présentée la collection 100%, collection qui permet à la galerie d'éditer 100 artistes, en 100 exemplaires numérotés et signés, vendus 100 euros. La qualité des impressions, l'investissement et l'exigence des artistes pour cette édition, la reconnaissance des critiques, permettent d'opposer une politique d'accessibilité, que la galerie revendique, à la vulgarisation de l'art, que la galerie refuse.

Par ailleurs, Gdm présentera une série d'œuvres destinées à devenir objets du quotidien, ainsi qu'un puzzle édité avec Martin Parr. L'édition d'un puzzle fait sens dans le travail de Martin Parr, qui ne cesse de se faire le témoin des pratiques culturelles de toutes les classes sociales, et donc aussi les pratiques les plus populaires.

La galerie présentera également un "marteau" conçu par le designer Robert Stadler. L'enjeu de cet objet était d'être un objet de design répondant à une fonction (il sert effectivement de marteau) et tout à la fois un objet d'art : il montre ce qui appartient à l'expérience mais échappe à la vision (comme seules savent le faire les œuvres d'art) : il donne à voir l'onde de choc provoquée par l'usage d'un marteau.

Enfin, le projet de stand comprendra des verres conçus par Peter Downsbrough. Ces verres s'apparentent davantage à l'objet dérivé. Mais la qualité du travail de Peter Downsbrough pour cette édition, à la hauteur de l'exigence de l'ensemble de son travail, éloigne ces verres de tout esprit de vulgarisation.