Galerie

François Ghebaly, Los Angeles

Davide Balula, Neïl Beloufa, Sayre Gomez

Neïl Beloufa

Scaffolding, 2015
Fibre de verre, acier, prises de courant, plastique
240 x 160 x 55 cm
Courtesy de l'artiste et François Ghebaly, Los Angeles

Neïl Beloufa

Scaffolding, 2015
Fibre de verre, résine, acier, prises de courant, sur roues
240 x 160 x 55 cm
Courtesy de l'artiste et François Ghebaly, Los Angeles

Sayre Gomez

Untitled Painting in Black and Cerulean, 2015
Acrylique sur toile dans le cadre de l'artiste
122 x 152 cm
Courtesy de l'artiste et François Ghebaly, Los Angeles

Sayre Gomez

Untitled Painting in Grey (with cat), 2014
Huile sur toile
213 x 152 cm
Courtesy de l'artiste et François Ghebaly, Los Angeles

Davide Balula

Coloring the WiFi Network (with Strong Red), 2015
Routeur modifié, antenne, ondes radio , peinture numérique, plastique
280 x 20 x 20 cm
Courtesy de l'artiste ; François Ghebaly, Los Angeles ; Frank Elbaz, Paris

Davide Balula

Coloring the WiFi Network (with Blue Gray), 2015
Routeur modifié, antenne, ondes radio , peinture numérique, plastique
50 x 160 x 40 cm
Courtesy de l'artiste ; François Ghebaly, Los Angeles ; Frank Elbaz, Paris

Pour sa deuxième participation à ART-O-RAMA, la galerie californienne François Ghebaly présente une exposition de trois artistes représentés par la galerie :  les deux artistes français Davide Balula (vit et travaille à New-York) et Neïl Beloufa (vit et travaille à Paris), aux côtés de Sayre Gomez (vit et travaille à Los Angeles).

Neil Beloufa intègre dans son travail la communication digitale et la technologie au savoir faire de la réalisation cinématographique. Ses objets et ses films sont liés et co-existent sous forme d'installation, tels des acteurs et leurs accessoires sur une scène. La galerie présentera les dernières productions de la série d'œuvres intitulée "Scaffolding" et qui consiste en de grands murs en fibre de verre recouverts de prises électriques, qui les transforment en stations de recharge monolithiques.

Le caractère performatif est inhérent au travail de Davide Balula, ses peintures sont le résultat de manipulations de matières premières tels que le feu, l'eau, ou les effets du temps induits sur la surface de l'œuvre. Dans "Wifi Sculptures", l'artiste s'interroge sur les limites spatiales au-delà d'une œuvre, l'œuvre se répand au-delà de sa physicalité à travers une sculpture d'antenne wifi.

Les œuvres de Sayre Gomez explorent le caractère ambigü de la communication et des échanges interpersonnels, à travers les techniques d'abstraction et de représentation propres à la peinture, à la sculpture et à l'installation. Les œuvres qui seront présentées sont issues de l'imagerie propre aux impressions écrans. Transférées sur des toiles, elles sont ensuite voilées par plusieurs couches de peinture utilisant les techniques de la peinture abstraite, afin de masquer la séparation entre la main de l'artiste et l'objet de l'appropriation.

Ces trois artistes, issus de la même génération mais travaillant sur des territoires géographiques différents, traitent des effets de la technologie sur le processus de création, la communication et l'interdisciplinarité des artistes.