Galerie

:BARIL, Cluj Napoca

Mihai Plătică, Bogdan Vlăduță

Mihai Plătică

Energetic Balance, 2015
Pelicule argentique, jet d'encre sur papier Hahnemühle,
3 ex. + 3 EA
31,5 x 31,5 x 5 cm
Courtesy :Baril, Cluj-Napoca

 

Mihai Plătică

Signed Signature, 2011
Photographie et lettre
86 x 44,5 cm
Courtesy :Baril, Cluj-Napoca

Mihai Plătică

Concept of cleanliness, 2012
Livre sous vide
21 x 30 cm
Courtesy :Baril, Cluj-Napoca

Bogdan Vlăduță

Vue d’exposition, 2016
Courtesy :Baril, Cluj-Napoca

Bogdan Vlăduță

Sans titre, 2016
Huile sur carton
48 x 48 cm
Courtesy :Baril, Cluj-Napoca

Pour sa deuxième participation consécutive à ART-O-RAMA, la galerie roumaine :BARIL proposera un duo show avec Mihai Plătică (1983) et Bogdan Vlăduță (1971). Leurs pratiques, quoique toutes deux différentes, portent un même intérêt profond pour le corps.

Mihai Plătică a étudié la photographie à l'Université d'Art et de Design de Cluj en Roumanie. Dans son travail, il s'intéresse au corps de trois manières. Premièrement en montrant des corps hors de leur contexte, afin de les mettre à nu dans le sens où ils deviennent dénués d'environnement propre. Deuxièmement, Mihai s'intéresse aux marques que les corps laissent derrière eux ou aux espaces qu'ils façonnent et occupent. Enfin, l'artiste explore les techniques du corps à travers des objets et des formes qui sont soit produits par des réactions corporelles, soit interprétés à travers leurs effets physiques.

Bogdan Vlădută, quant à lui, est un artiste peintre dont les œuvres révèlent des reliques à la fois humaines et réalisées par la main de l'homme. Il crée des liens métaphoriques entre des personnages vivants et des objets, en leur attribuant paradoxalement la même vibration métaphysique. Oscillant entre portraits, autoportraits et paysages urbains, les tableaux de Vlăduță tentent toujours de révéler une histoire passée qui serait cachée sous la surface du présent. Les vibrants portraits à hauteur de buste, de l'artiste lui-même ou d'inconnus, sont accompagnés de séries d'objets tels des fragments qui semblent prendre la mesure des personnages immédiatement à côté d'eux. Vlăduță compare son processus de création à celui d'un archéologue, il tente de révéler le sens caché des artefacts (dont les artefacts humains) qui perdurent malgré la disparition de leur environnement d'origine.