Galerie

Praz-Delavallade, Paris

Sam Durant, Joel Kyack, Ry Rocklen, Jim Shaw

Joel Kyack

Vue d'exposition, Galerie Praz Delavallade (2014)
Courtesy Praz-Delavallade, Paris
©Rebecca Fanuele

Jim Shaw

Untitled, 2008
Acrylique sur toile
116,8 x 177,8 cm
Courtesy Praz-Delavallade, Paris
©Rebecca Fanuele

Ry Rocklen

The Incredible Hulk, 2013
Oreiller trouvé, aqua-résine, fibre de verre, tuiles, colle, enduit
35,56 x 35,56 x 15,24 cm
Courtesy Praz-Delavallade, Paris
©Rebecca Fanuele

Sam Durant

Crime is the Highest form of Sensuality/ Kill You For Nothing, 2010
Émail vaporisé sur miroir contre-plaqué
139,7 x 189,23 x 2,54 cm
Courtesy Praz-Delavallade, Paris
©Rebecca Fanuele

Grâce à de nombreuses écoles d’art, aux artistes reconnus qui enseignent, à de prestigieux musées et des institutions innovantes qui voient le jour, Los Angeles est devenue l'une des places fortes de l’art contemporain. Depuis la création de la galerie, Praz-Delavallade présente cette scène artistique en France et s’est toujours engagée à créer un dialogue entre les artistes européens et les artistes de Los Angeles. Pour sa première participation à ART-O-RAMA, Praz-Delavallade propose un ensemble d’œuvres représentatif de son programme et des axes qui ont défini l’identité de la galerie. Ainsi, les travaux de deux artistes californiens confirmés seront confrontés à deux positions émergentes.

Jim Shaw fait partie de cette génération d’artistes américains qui a marqué la culture de la côte ouest des Etats-Unis du milieu des années 80 à aujourd’hui. Son oeuvre est empreinte d’éléments issus de la culture Pop américaine et d’innombrables références à l’histoire de l’art. Sam Durant explore la dimension politique de la culture contemporaine. En investissant les champs de la culture populaire, de l’histoire et de la mémoire collective, il ne cesse de remettre en question les valeurs de la société américaine. Le travail interdisciplinaire de Joel Kyack fait référence au travail de ses prédécesseurs tels McCarthy, Chris Burden et Mike Kelley. L’artiste explore l’Americana à travers ses performances, sculptures et dessins, il célèbre le corps comme objet et cultive l’esprit « Do It Yourself ». Ry Rocklen cherche à éclairer la singularité inhérente à chaque ready-made: ce n’est qu’une fois dans l’atelier qu’il prend ses décisions, de manière spontanée et en réaction directe aux matériaux qu’il transforme. Avec ses gestes délicats mais néanmoins plein d’excentricité, l’artiste réussit à insuffler une seconde vie plus poétique à ces objets trouvés dans les rues, les décharges, brocantes et thrift stores de Los Angeles.