Galerie

Super Window Project, Kyoto

Soshi Matsunobe, Sandrine Pelletier, Aurélie Petrel, Morgane Tschiember, LG Williams

LG Williams / Estate of LG Williams

I Can See The Whole Room ! And There’s No Art In It !, 2011
adhésif, film réfléchissant, aluminium
120 x 120 cm
exemplaire unique
Courtesy Super Window Project, Kyoto

Aurélie Petrel

Miroir/Vitrine, 2009
C-print et diasec
50 x 76 cm (chacun)
Edition 1/5 + 2AP
Courtesy Super Window Project, Kyoto

Morgane Tschiember

Bubble, 2011
verre, béton, acier
120 x 156 x 30 cm
exemplaire unique
Courtesy Super Window Project, Kyoto

Sandrine Pelletier

Goodbye, 2009
laine, latex, goudron
dimensions variables
exemplaire unique
Courtesy Super Window Project, Kyoto

Soshi Matsunobe

Knot, 2011
adhésif
dimensions variables
exemplaire unique
Courtesy Super Window Project, Kyoto

Dans le cadre de sa participation à ART-O-RAMA, Super Window Project présente une exposition collective regroupant des œuvres de cinq de ses artistes : Soshi Matsunobe (Japon, 1988), Sandrine Pelletier (Suisse, 1976), Aurélie Pétrel (France, 1981), Morgane Tschiember (France, 1976) et LG Williams / Estate of LG Williams (USA, 1965).

L’idée, la ligne, la forme, la présence, l’absence.Cinq pièces réminiscentes autour de l’idée de la disparition. La disparition de l’œuvre, la disparition de la forme, l’ébauche, la trace,l’évocation.

Les pièces choisies dans le corpus récent de chacun des artistes alimentent le dialogue sur la nature même des œuvres, leur mode de production, de diffusion et de monstration engagé par la galerie depuis son ouverture. Dans ce contexte, il s’agit autant de créer une identité d’ensemble, une cohérence esthétique que de prouver la validité de directions de recherche formelles en apparence hétérogènes. L’ensemble constitue par contamination, glissement, décalage, analogie, opposition, une boucle entre déambulation labyrinthique et suite logique.

Le stand même, pensé comme un objet autonome, emprunte une forme hélicoïdale pour permettre des jeux de perspectives, d’associations, de dissimulation. Une sixième et dernière œuvre,
I Can See The Whole Room ! And There’s No Art In It ! de LG Williams,
référence directe à l’histoire de l’art récente et autoportrait de l’artiste en regardeur, radicalise et scèle le propos du dispositif.