SHOW-ROOM 2012

Guillaume Gattier
Guillaume Gattier

D'aussi loin que je me souvienne, 2010
film 35mm, plexiglas, bois
180 cm de diamètre
Courtesy de l'artiste

Guillaume Gattier

Impression d'impact, 2010
Carbone sur papier
22 x 32 cm
Edition de l’artiste, 500 pages.
Courtesy de l'artiste

Guillaume Gattier

Pour une étincelle d'éternité dans un bûcher de durée, 2011

Arbres calcinés, liteaux, serre joints
Dimensions variables
Vue d'installation, Festival des Arts Éphémères
Courtesy de l'artiste

Guillaume Gattier

sans titre (Pagan void), 2010
Résidus de brûlures d’allumettes sur topan
267 x 207 cm
Courtesy de l'artiste

Le travail de Guillaume Gattier recourt a des principes de révélation, les éléments mis en place sont activés, laissant comme compte rendu du geste, un témoignage résiduel souvent fragile. Cela apparaît de façon évidente lorsque l'artiste dispose 5000 allumettes en cercle sur une plaque de bois. Après que l'une ait été allumée c'est la trace d'un enchaînement de conséquences qui reste déposée sur le support, seule mémoire de cette activation dans laquelle par un effort de lecture on peut lire le déroulement.

En tournant les pages du livre Impression d'impact, on s'éloigne peu à peu de la première sur laquelle un coup de marteau à été porté. Au fur et à mesure c'est donc la marque laissée par celui-ci qui s'estompe à force de distance avec la première zone d'impact. Là encore un geste est figé dans une forme. Là aussi il s'estompe mais son appréhension reste possible.

Cette relation entre trace et mémoire est également à l'oeuvre dans D'aussi loin que je me souvienne..., un rouleau de 180cm de diamètre fait de bandes annonces de films sur pellicule. Ici les traces inscrites sur celluloid privées du projecteur qui permet de les lire apparaissent comme une mémoire dont on ne sait si elle est tout à fait fiable.

Rien d'étonnant donc à ce qu'on retrouve dans le corpus d'oeuvres de cet artiste un morceau de carton sur lequel est dessinée une silhouette portant des perforations résultants probablement de l'impact de projectiles. Trouvée dans la rue, il s'agit d'une cible utilisée par des enfants. On peut y voir le même principe que dans le reste de son travail où les traces révèlent la nature des phénomènes qui les a fait apparaître.

texte François Aubart